Douleurs au travail : quelles solutions pour l’entreprise ?

douleurs au travail

La douleur au travail est un véritable fléau. Informaticiens, graphistes, ouvriers, techniciens, livreurs, éducateurs, coiffeurs ; une liste qui ne peut s’avérer exhaustive tant les secteurs d’activités touchés par les douleurs sont nombreux. La douleur est un bien triste compagnon de route qui s’installe progressivement à un endroit de notre corps avec l’objectif ferme de nous gâcher la vie. Comment s’épanouir dans son activité professionnelle dans ce contexte ? Comment être performant dans son travail avec un tel fardeau à supporter ? La situation semble préoccupante pour ne pas dire grave et les dirigeants d’entreprise doivent prendre cette problématique au sérieux, pour le bien de tous. Une mise au point s’impose.

 

La douleur, qui est-elle ?

L’Association Internationale pour l’Étude de la Douleur (IASP) utilise la définition suivante :

« La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrite en terme d’un tel dommage ».

En médecine, on parle aussi d’une sensation subjective liée à un message de douleur, un stimulus transmis par le système nerveux. On distinguerait principalement deux types de douleur : aigue et chronique.

Au-delà de ces définitions médicales, ce qu’il faut savoir et retenir c’est que la douleur correspond bel et bien à un signal d’alarme et d’action envoyé par notre organisme. Ce signal d’alarme nous incite à résoudre le problème qui cause cette douleur.

Lorsqu’on parle de la douleur au travail, on englobe les pathologies suivantes :

  • Douleurs articulaires : arthrose, entorses, atteintes ligamentaires
  • Douleurs tendineuses : tendinites
  • Douleurs musculaires : lésions musculaires, lombalgie, contractures, courbatures

Autant de maux qui peuvent rendre la vie infernale au travail et aboutir, s’ils ne sont pas traités, à des lésions plus graves ou encore à des états dépressifs.

Travailler avec l’une de ces pathologies, lorsqu’elle est associée à des symptômes aigus, n’est pas une situation envisageable et cela va à l’encontre de l’intégrité physique et psychologique de l’individu.

Ces douleurs somatiques sont souvent perçues comme des douleurs imaginées ou pas très graves alors qu’en réalité, elles représentent de vraies pathologies à ne pas prendre à la légère.

 

Comment naissent les douleurs ? 

Les racines de l’apparition de la douleur sont parfois plus complexes qu’on ne l’imagine. Il est fondamental de comprendre la cause d’une douleur pour pouvoir la traiter. En fait, les douleurs résultent de causes diverses.

Causes liées à l’activité professionnelle :

  • Gestuelle chronique et répétitive
  • Tâches physiques intenses
  • Utilisation d’un matériel inadapté
  • Mauvaises conditions de travail
  • Suractivité, stress

Causes liées au comportement de l’individu :

  • Mauvaise réalisation technique
  • Mauvaise posture
  • Manque de concentration
  • Manque de préparation à l’effort
  • Mauvaise hygiène de vie

Causes liées au caractéristiques physiques de l’individu :

  • Capacités physiques inadéquates avec l’activité
  • Antécédents de blessures, fragilités, maladies
  • Faiblesses musculaires, raideurs articulaires

 

Pour apporter une réponse efficace, il est important d’analyser les causes de la douleur, ce qui permettra la mise en place d’un plan d’action pour l’éradiquer.

 

Comment vaincre les douleurs ? 

Lorsqu’un individu est touché par des symptômes aigus de douleur, une phase thérapeutique s’impose et doit être observée :

  • Arrêt de l’activité responsable de la douleur
  • Consultations médicales, réalisation d’examens et établissement d’un diagnostique
  • Soins thérapeutiques : traitement, kinésithérapie, repos etc…

La phase thérapeutique est longue est très pénalisante pour l’employeur. L’objectif de l’entreprise est de ne pas arriver à cette étape critique grâce à la mise en place d’une politique de prévention de la douleur.

La prévention de la douleur opère sur différents axes et doit être le résultat d’une étude approfondie de l’activité professionnelle en question. En effet, les actions proposées ne seront pas les mêmes en fonction du type d’activité et du type de douleur. Chaque gestuelle spécifique comporte ses spécificités en termes de risques et de pathologies.

 

LES DIFFÉRENTS AXES DE PRÉVENTION DE LA DOULEUR : 

 

Le renforcement musculaire

La plupart des douleurs liées au dos sont dues à une faiblesse musculaire des muscles responsables du maintien de la colonne vertébrale. Plus les muscles sont toniques, plus les articulations sont soulagées et plus le rachis est préservé. D’une manière générale, nous ne sommes pas assez musclés, notamment au niveau de notre dos, ce qui est la cause de nombreux maux. Aujourd’hui, le renforcement musculaire est la première thérapie de l’arthrose.

Le travail postural et le rééquilibrage musculaire

Une bonne posture est le résultat d’une bonne musculature. Contrairement à ce que l’on entend un peu partout, il ne suffit pas de vouloir bien se tenir pour y parvenir ; il faut avoir la tonicité nécessaire. D’autre part, le fait de répéter d’une manière chronique un geste entraîne des déséquilibres musculaires qui aboutissent à des douleurs. Un travail de renforcement pour équilibrer les forces du corps est indispensable dans la quête de la non-douleur.

L’amélioration de la souplesse

Un muscle raide a plus de chance de se léser et exerce une contrainte forte sur ses tendons. Le fait de manquer de souplesse, notamment au niveau de la chaine postérieure, entraîne des tensions musculaires importantes au niveau du bassin, ce qui aboutit très souvent à des douleurs lombaires. D’une manière générale, les personnes touchées par la douleur sont souvent « raides ». L’amélioration de la souplesse aura un impact positif significatif sur la douleur.

L’apprentissage de l’échauffement

L’échauffement est une pratique totalement courante et admise dans le milieu sportif mais étrangement absente du monde professionnel. Préparer le corps à l’effort paraît pourtant évident et, en effet, un échauffement bien construit et surtout spécifique à l’activité permettra de limiter considérablement les risques de blessures.

L’optimisation de l’hygiène de vie

La récupération, le sommeil, l’alimentation : autant d’éléments fondamentaux à mettre en exergue pour prévenir les douleurs. Il est primordial que les salariés soient informés des méthodes permettant d’optimiser leur hygiène de vie dans le but d’améliorer leur qualité de vie au travail et les risques de blessures.

 

Conclusion

La douleur au travail relève d’un enjeu majeur pour la santé économique d’une entreprise mais aussi pour la qualité de vie de ses protagonistes.

Comme nous l’avons vu, faire face à des pathologies multiples et proposer des réponses en réaction est une bien mauvaise stratégie. Il faut agir en amont avec une stratégie de prévention.

Après avoir identifié les risques, l’entreprise doit devenir un acteur majeur de cette quête de la non-douleur en proposant à ses salariés des solutions efficaces, comme celles que je propose dans le cadre de ma formation « La prévention et la lutte des douleurs au travail ».

Matthieu Verneret

 

ORGANISEZ MA FORMATION AU SEIN DE VOTRE ENTREPRISE : 

 

Formations entreprise

 

 

MES AUTRES PRESTATIONS À DESTINATION DES ENTREPRISES :

 

Team building entreprise

 

 

Conférences entreprise

 

 

Cours de sport en entreprise

 

 



avatar

Je suis coach sportif professionnel, auteur spécialisé dans le fitness, la forme et le bien-être depuis de nombreuses années. Par ailleurs, j'ai été compétiteur de haut niveau en karaté. Sur ce blog, je vous livre tous mes meilleurs conseils pour être au top de votre forme et développer tout votre potentiel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *